Le DMAIC étape 3 Analyser

DMAICS-Analyser-Six-Sigma

Le DMAIC étape 3 Analyser 

Cette troisième phase du DMAIC est fondamentalement reliée à la précédente car elle consiste à analyser les données qui ont été recueillies au cours de l’étape de « mesure ». Grâce à ces données, il est plus facile de repérer la ou les sources du problème et de quantifier l’écart entre la situation présente et la situation souhaitée, notamment grâce à des outils graphiques et d’analyse qui permettent de mettre les écarts en évidence. En effet, la phase précédente a permis de recueillir des informations sur les processus afin de mieux comprendre l’origine du problème et il est maintenant nécessaire d’analyser ces données et de les transformer en statistiques, en tendances et en graphiques visuels afin de clarifier les relations entre les différents éléments du processus.

VSM Value Stream Mapping

Utiliser la récolte d’informations 

Sans cette phase d’analyse, le processus est incomplet, ce qui équivaut en quelque sorte à réunir tous les ingrédients nécessaires pour cuisiner un plat pour finalement… ne pas le préparer. Il ne suffit pas de disposer de tous les ingrédients, encore faut-il qu’ils soient mélangés correctement. C’est pourquoi il est crucial d’exploiter les données précédemment réunies afin de mieux comprendre comment les éléments entrants (inputs) sont transformés en éléments sortants (outputs) et quel niveau du processus empêche l’entreprise d’obtenir de meilleurs résultats.

Une analyse réfléchie et ciblée

La cartographie effectuée au cours de la phase précédente permet aux équipes de mieux comprendre les détails de chaque étape du processus et de mettre davantage en évidence les écarts ou les étapes inefficaces et qui n’apportent rien… À ce stade, les membres de l’entreprise en charge des projets DMAICS ont donc déjà une bonne compréhension du problème et des causes associées. Cependant, la phase d’analyse est cruciale car elle permet d’aller encore plus loin, de ne pas se laisser influencer par des causes superficielles mais bien d’analyser les informations en détails et en profondeur afin que les modifications effectuées dans le cadre des projets DMAICS puissent avoir le plus d’impact possible. L’objectif n’est pas de régler un problème de manière superficielle, et ainsi de bénéficier d’une solution provisoire en espérant qu’elle fonctionne aussi longtemps que possible, mais bien d’effectuer une analyse réfléchie, de repérer des tendances et des relations de cause à effet, permettant alors de trouver les causes fondamentales des problèmes.

Six-Sigma-Définition-

Ecarter les informations inutiles

En principe, la deuxième phase du DMAIC a déjà permis de limiter la collecte d’informations inutiles, cependant il reste souvent des informations superflues que l’équipe en charge de l’analyse doit repérer afin de faire ressortir les informations les plus pertinentes. Inversement, il arrive parfois aux équipes de devoir compléter la seconde phase de « mesure » afin d’obtenir de nouvelles informations si certaines données ont été survolées.

Une équipe d’experts correctement outillés 

L’expertise et les connaissances de l’équipe en charge du projet sont donc déterminantes car la phase d’analyse est une tâche particulièrement complexe qu’il est donc préférable de confier à des personnes non seulement expérimentées, mais également spécialisées dans les processus étudiés. Les membres peuvent ainsi se concerter entre eux afin de partager de nombreuses idées, d’exprimer des hypothèses, d’effectuer des tests, … Ils disposent pour cela de nombreux outils comme l’analyse d’échantillons, l’analyse de régression, la technique des cinq pourquoi, les diagrammes de causes et effets, les histogrammes, les diagrammes de Pareto et autres graphiques… L’analyse de la variance (ANOVA) est un outil particulièrement utile à ce stade. En effet, le Six Sigma est une méthode qui se base sur les chiffres et leur analyse, il est donc important pour les membres de l’équipe de maîtriser de nombreux outils statistiques, de comprendre les mesures obtenues et de savoir les traduire de différentes manières afin de faire ressortir les éléments importants à partir de moyennes, d’écart-types…

Le partage des résultats

L’analyse doit également faciliter le partage des chiffres et des découvertes avec toutes les personnes concernées, en faisant ressortir les informations clés au lieu de noyer les employés dans un océan de données. Suite à l’exécution de cette troisième phase du DMAIC, les membres de l’entreprise disposent alors de données et d’analyses pertinentes qui vont permettre d’enclencher la quatrième phase d’ « innovation » qui consiste donc à rechercher et à mettre en place des solutions innovantes.

 

Valorisez notre travail en partageant ce chapitre. C’est gratuit comme notre article  😉 Merci!

 

No comments yet.

Laisser un commentaire

Adresse visiteurs 13-15 rue Taitbout 75009 Paris