Nike : une transformation Lean innovante

nike lean transformation

Un Virage à 180 degrés 

Dans les années 1990, Nike, un des premiers fabricants de chaussures au monde, portées par les plus grands noms dans le monde du sport allant de Michael Jordan à Tiger Woods ou Maria Sharapova, est mise sous les feux des projecteurs pour son manque de responsabilité organisationnelle. L’entreprise Nike est devenue le symbole de l’esclavagisme moderne, synonyme de salaire de misère, d’heures supplémentaires obligatoires, d’abus arbitraires et faisait face à des critiques acharnées.

Au début, la marque a nié toute responsabilité pour toute faute professionnelle ayant pu avoir lieu dans ses usines de sous-traitance. Cependant, à la fin des années 1990, la campagne de boycott mondial envers Nike avait tellement d’impact n’avait d’autres choix que de reconnaître les problèmes douteux sur le travail et s’est décidée à visiter ses usines de sous-traitance en Asie du Sud-est.

Pour ce faire, elle a développé un partenariat avec la Fondation Internationale de la Jeunesse afin d’organiser une enquête anonyme des 67.000 travailleuses dans les usines de sous-traitance Nike. La relation avec la Fondation Internationale de la Jeunesse a été très utile, Nike a ainsi obtenu un énorme corpus de données et a pu identifier un certain nombre de façons d’améliorer les usines. Parmi les préoccupations, les soucis majeurs concernaient le délai de livraison, la qualité des produits, les conditions de travail et les relations entre employés et employeur. Nike a commencé à conclure des engagements auprès de fournisseurs de longue date afin d’implémenter une transformation Lean.

Chez Nike, les collaborateurs font partie de la chaîne de valeur

Le terme « Lean » a été inventé pour décrire le système de management de chez Toyota, qui repose sur deux piliers : le respect des personnes et l’amélioration continue. Sur cette base, la culture du modèle d’autonomisation de NIKE est constituée de 3 volets : attirer, développer et habiliter. Plus importants encore, les collaborateurs de chez NIKE Inc. sont considérés comme étant la chaîne de valeur ultime. En mettant en place une culture de responsabilisation qui emploie l’Amélioration continue (AC) pour livrer des produits de haute qualité, à temps, à un faible coût, Nike pourrait inciter ses usines de sous-traitance à améliorer les conditions de travail, réduire le gaspillage et l’inefficacité, et garantir la satisfaction des employés.

Nike a en outre développé un partenariat avec l’Association du Travail équitable pour créer des indicateurs de rendement et a lancé une Coalition durable dans le domaine des vêtements avec l’agence américaine pour la protection environnementale et d’autres fabricants.

Aucun autre programme de renforcement des capacités dans l’industrie textile n’intègre ainsi les ressources humaines et la prise en charge de la fabrication Lean, s’adressant autant aux besoins des usines que des travailleurs, de même qu’à l’entreprise. La transformation vers le Lean management a été un énorme engagement pour les usines de sous-traitance et a donné lieu à une nouvelle norme d’autogouvernance des usines.

Comment mesurer l’empreinte environnementale et sociale d’une chaîne logistique complexe ?

D’un point de vue environnemental également, Nike a déterminé que leur plus grand impact sur la population et l’environnement se situe dans la fabrication de produits finis. Il suffit de considérer ces chiffres :

  • Nike a des contrats de fabrication avec plus de 785 usines, à travers l’Inde, le Vietnam, les Philippines et l’Amérique du Sud.
  • NIKE Inc. a plus de 1 million de travailleurs dans la fabrication…
  • 500.000 produits différents dans le monde entier.

Pour s’assurer que tout le monde produise selon les normes de NIKE Inc., la société a développé un système de notation pour leurs usines de fabrication, les classant sur des niveaux de couleur dorée, argentée, bronzée, jaune ou rouge. L’indice de fabrication (IF) utilisé note chaque usine en termes de gaspillage, de travail, de santé et sécurité, d’énergie et carbone et de développement durable. Ce système accorde un poids égal à la performance en termes de gestion des ressources humaines et environnementale et aux indicateurs commerciaux.

L’objectif de Nike est d’amener toutes les usines au rang de bronze – le plus bas niveau acceptable – ou au-dessus. Une évaluation de bronze reflète une conformité avec le Code de conduite et le Code des normes de Leadership chez Nike, qui visent à protéger les droits des travailleurs et à créer un environnement de travail sécuritaire. Les usines qui atteignent l’argent et l’or démontrent un engagement supplémentaire à intégrer progressivement des systèmes de gestion de fabrication et de performance sans gaspillage.

Lean Innovation at Nike

Nike : le nouveau chef de file mondial en termes de fabrication sans gaspillage ?

Nike vise à créer un processus de production optimisé qui réduit les impacts, élimine les déchets, permet aux travailleurs qualifiés et engagés de fournir de la qualité et de la productivité, et qui est stratégiquement dirigé par des managers qui valorisent une main-d’œuvre autonome. En ciblant ces exigences élevées, les partenaires de Nike ne sont pas laissés pour compte. En fait, Nike passe du temps, de l’énergie et des ressources à aider le partenaire de la fabrication à rehausser la barre dans tous les domaines de leur fabrication et à atteindre de nouvelles normes par le biais de diverses mesures incitatives. Par exemple, la marque exige des partenaires au-dessous du niveau de bronze de payer pour les audits de tierce partie, tandis que les partenaires au-dessus du niveau de bronze sont récompensés par des audits payés par NIKE.

Jusqu’à présent, les usines réalisent des progrès pour se conformer aux nouvelles normes du fournisseur et 86% des usines de sous-traitance ont été évaluées au bronze ou au-delà à la fin de 2015 :

  • 0 fabricant noté Or
  • 1 fabricant noté Argent
  • 535 notés Bronze
  • 156 notés Jaune
  • 77 notés Rouge

En plus de cela, deux ans seulement après avoir certifié leur première ligne de fabrication sans gaspillage, les usines ont amélioré leur score par plus d’un demi-niveau sur leurs audits par rapport à ceux qui allaient encore adopter une ligne sans gaspillage. Il s’agissait d’une réduction de 15% de la non-conformité avec les normes du travail comme les salaires, les avantages et les temps libres.

L’économie circulaire selon Nike

Dans le cadre de ses efforts pour promouvoir le développement durable et la technologie de rupture Lean, Nike s’associe pleinement au concept appelé « économie circulaire », qui met l’accent sur la gestion de la réutilisation et du développement durable à travers le cycle de vie complet du produit. Nike envisage une transition du modèle commercial linéaire vers un modèle commercial circulaire et un monde qui exige des produits en « boucle fermée », conçus avec les meilleurs matériaux, faits avec moins de ressources et assemblés afin de permettre une facilité de réutilisation dans de nouveaux produits.

Cela implique une conception de produits dès le départ, avec des matériaux récupérés tout au long du processus de fabrication et à la fin de vie du produit. Nike reconçoit les flux de déchets comme des chaînes de valeur, et ses concepteurs ont déjà accès à une palette de plus de 29 matériaux haute performance fabriqués à partir de ses déchets de fabrication. Déjà, le surplus de matériaux dans la production de chaussures Nike renait en tant que courts de tennis, pistes d’athlétisme et chaussures neuves.

Avec sa stratégie basée sur 2 principes, « Rends ce jour meilleur » et « Dessine le futur », Nike définit les objectifs suivants pour l’amélioration de la durabilité en 2020 :

  • S’approvisionner de 100% des produits des usines de sous-traitance répondant à la définition de la durabilité selon la société.
  • Avoir zéro déchet provenant des usines de sous-traitance de fabrication de chaussures mises en décharge ou incinérées sans récupération d’énergie.
  • Créer des produits qui offrent des performances maximales avec un impact minimal, une réduction de 10% de l’empreinte écologique moyenne et une utilisation de plus de matériaux durables partout.
  • Atteindre 100% d’énergies renouvelables dans ses propres installations ou dans les installations exploitées à la fin de 2025.

Développement durable : le nouveau Lean 2.0 ?

En étant créatif et stratégique dans le développement de techniques de transformation Lean, Nike a poursuivi un changement systémique afin d’améliorer la responsabilité sociale des entreprises et les résultats parlent d’eux-mêmes. En moins d’une décennie, la marque est passée de la principale cible d’une campagne contre le travail clandestin à un chef de file dans le développement durable et la responsabilité sociale des entreprises. Nike n’a pas seulement utilisé des traditions comme la culture du modèle de l’autonomisation, mais a aussi révolutionné la façon dont elle interagit avec ses partenaires internationaux pour devenir aujourd’hui l’un des fabricants les plus Lean au monde. En ce qui concerne les prévisions pour 2017 et au-delà, il ne fait aucun doute que le développement durable va devenir le nouveau Lean.

LeanSixSigmaFrance.com

Laisser un commentaire