2. Le DMAIC : une méthode Six Sigma pour résoudre des problèmes complexes

Qu’est-ce que le DMAIC?

 

 Bonjour et bienvenue à ce nouvel épisode de l’aventure Lean Six Sigma France.

Le DMAIC est la méthode de résolution de problème qui permet de réaliser les objectifs du Lean Six Sigma (objectifs de satisfaction clients, d’économie de moyens, de bonheur au travail ou encore de protection de l’environnement).

Il s’agit d’une méthode d’investigation expérimentale, analytique et scientifique exécutée en mode projet. C’est d’ailleurs la démarche que tout bon praticien (qu’il soit médecin ou garagiste) applique afin de résoudre durablement un problème.

 

La méthode comporte 5 phases:

  • Tout d’abord, la phase Define, qui consiste à poser le problème, c’est-à-dire exprimer les symptômes douloureux ressentis par le client (comme la non-conformité aux attentes, des coûts de production trop élevés, un mal-être des collaborateurs ou encore de la pollution environnementale)
  • Ensuite, la phase Measure, qui consiste à objectiver l’existence du problème en quantifiant son ampleur au moyen d’un indicateur (il s’agira premièrement de vérifier que le problème n’est pas psychosomatique, comme le fait un médecin en mesurant certains paramètres physiologiques comme la température corporelle ou la tension artérielle)
  • Une fois le problème confirmé, vient la phase Analyze, qui consiste à rechercher les causes racines du problème au moyen de techniques d’investigations telles que l’analyse du processus et l’analyse des données (de même que le médecin qui prescrit une radiographie ou une prise de sang pour établir son diagnostic)
  • Vient ensuite la phase Improve, qui vise à déterminer la solution permettant d’éliminer la cause du problème (ce n’est qu’une fois connue la cause véritable de la maladie que le médecin pourra prescrire le bon remède comme par exemple un antibiotique quand l’infection est bactérienne)
  • Et enfin, la phase Control, qui permet de vérifier que la solution donne satisfaction et met en place un système de maintien de l’amélioration dans le temps.

 

Prochain épisode: Poser un problème avec les 3 Voix

 

En savoir plus sur le DMAIC (S) : 30 étapes et une méthode Six Sigma pour mieux gérer vos projets 

Le DMAIC est l’une des principales méthodes employées dans le cadre de la gestion de projets Six Sigma. Son objectif est de fournir une sorte de feuille de route en 30 étapes que que les gestionnaires de projets doivent suivre attentivement afin d’atteindre les objectifs. Toutes nos formations YellowGreen et Black Belt utilisent le DMAIC comme structure de base. Les équipes Lean, Six Sigma, BPM ainsi que tous les autres membres de l’entreprise, peuvent ainsi se baser sur ces phases successives afin de trouver des solutions plus adaptées, plus rapidement. Au cours de ce chapitre, nous allons présenter chacune de ces étapes.

1.1. Launch project

1.2. The « 3 Voices »

1.3. Project Scope

1.4. Project CTX

1.5. Project Charter v1

1.6. Tollgate Define

2.1. Project Y & specifications

2.2. Data Collection Plan

2.3. Measurement System Analysis

2.4. Data collection

2.5. Voice Of Process

2.6. Process Capability

2.7. Improvement strategy

2.8. Project Charter v2

 

2.9. Tollgate Measure

3.1. Potential X’s

3.2. Vital Few X’s

3.3. Root causes

3.4. Project Charter v3

3.5. Tollgate Analyze

4.1. Potential solutions

4.2. Solution selection

4.3. Failure-proofing

4.4. Pilot

4.5. Business Case

4.6. Tollgate Improve

4.7. Launch implementation

5.1. Verify improvement

5.2. Process Control system

5.3. Tollgate Control

La première étape consiste donc à définir les zones problématiques au niveau des processus, d’observer un problème ou alors de constater des pistes d’amélioration potentielles, tout cela en vue d’augmenter l’efficacité et l’efficience de l’entreprise. Voici quelques questions habituellement posées à ce stade : quelle partie du processus global pose problème ? Le problème est-il sérieux ? S’agit-il d’un problème à traiter immédiatement ? L’entreprise ne doit pas seulement se contenter de définir les problèmes et leur envergure, elle doit également se pencher sur la structure de l’organisation et les responsabilités de ses membres. C’est aussi au cours de cette phase qu’il est nécessaire de définir les objectifs à mettre en place et les équipes qui seront en charge du projet, sans oublier les ressources et les outils alloués pour s’attaquer au problème. Cette phase se concentre également sur la définition des attentes des clients, une priorité dans le cadre du Six Sigma que nous avons déjà évoquée en détails au cours du chapitre précédent.

 

La phase suivante consiste à réunir différents types d’informations afin de mieux évaluer la situation actuelle de l’entreprise à l’aide de chiffres et de données, permettant ainsi de mieux quantifier le problème et de pouvoir comparer les résultats au fil du projet. Cette étape consiste ainsi à utiliser des outils afin d’évaluer les processus de manière précise à l’aide de variables, de statistiques, de relations cause à effet. Il est important de réunir des données pertinentes et précises car de mauvaises mesures peuvent avoir d’importantes répercussions sur l’analyse puis sur les autres phases du DMAIC.

Cette phase est fondamentalement reliée à la précédente car elle consiste à étudier en détails les mesures obtenues au cours de la deuxième phase. Le Six Sigma repose largement sur l’analyse des chiffres et des statistiques et cette phase d’analyse permet donc de se baser sur les mesures récemment obtenues pour mieux comprendre la source des problèmes, qu’il s’agisse de délais, d’inefficacité, d’un taux de défauts trop élevé… Grâce à certains outils d’analyse de données caractéristiques du Six Sigma sur lesquels nous reviendrons plus en détails plus tard, cette phase met en lumière la source réelle du problème, permettant ainsi de trouver les solutions nécessaires au cours de l’étape suivante.

Une fois les causes du problème définies, il est alors nécessaire de passer à la phase de résolution du problème qui est cruciale et particulièrement complexe. En effet, les problèmes varient d’une entreprise à l’autre. Il faut donc améliorer ou innover, ce qui nécessite de  la créativité, de la co-création, de la réflexion et de l’expertise. Il peut être facile de repérer un problème, mais innover en vue de pouvoir régler ces mêmes problèmes peut s’avérer beaucoup plus complexe.

 

Cette phase permet de s’assurer que les innovations et les améliorations sont implantées correctement. Il est important de s’assurer qu’un système de suivi soit en mis en place afin de toujours être au fait de l’évolution des nouvelles méthodes et d’effectuer des corrections si nécessaire. Les données obtenues au cours de la seconde phase de « Mesure » peuvent également servir afin de comparer les nouveaux résultats obtenus et ainsi déterminer si les solutions implémentées sont réellement efficaces. De plus, trop souvent, de nouvelles méthodes sont implémentées mais quelques semaines ou quelques mois plus tard, on observe un retour à la situation initiale par manque de suivi et de contrôle.

Il s’agit de la dernière phase qui sert donc de conclusion au projet Six Sigma. Elle permet de s’assurer que le projet perdure dans le temps et que les solutions ayant fait leurs preuves continuent d’être appliquées correctement au sein de l’entreprise.

Le DMAICS : une méthode structurante du Six Sigma

Les développements ci-hauts ont fait apparaître les raisons pour lesquelles le DMAICS est l’une des approches structurantes privilégiés par les équipes Six Sigma et surtout comment il est parvenu à devenir la référence lorsqu’une entreprise décide d’implanter le Six Sigma au niveau de ses processus.

Vous voulez en savoir plus la méthodologie Lean Six Sigma ? Rejoignez-nous :

Valorisez notre travail en partageant ce chapitre. C’est gratuit comme notre article 😉 Merci!

Laisser un commentaire